Quels rôles pour Grant et Sattler dans Jurassic World 3 ?

Lorsque le projet d'un quatrième film à la saga Jurassic Park fut officialisé en 2014, nombreux étaient ceux parmi nous qui souhaitaient assister à la conclusion des aventures d'Alan Grant, d'Ellie Sattler et de Ian Malcolm. Mais le jeune et prometteur réalisateur affecté au projet était catégorique : il n'y avait plus rien à raconter sur ces personnages. Selon lui ç'aurait été idiot de les faire revenir une nouvelle fois et c'est par respect pour eux qu'il avait choisi de démarrer une autre histoire, avec un nouveau parc et de nouveaux protagonistes.

C'est ce même réalisateur, désormais un peu moins prometteur, qui a fait venir en grande pompe les interprètes de ces personnages lors d'une projection spéciale de Jurassic World à Los Angeles, il y a quelques semaines. Il en a profité pour annoncer leur retour dans le troisième film de sa nouvelle trilogie, insistant sur le fait qu'ils y joueraient un vrai rôle et pas seulement un caméo.

L'imposture est flagrante : comment des personnages qui n'étaient pas éligibles à un quatrième épisode de leurs propres aventures seraient-ils à leur place dans le troisième opus d'une nouvelle histoire conçue pour les faire oublier ? La réponse semble évidente : leur retour vise à réconcilier les fans des Jurassic Park avec la trilogie Jurassic World.

 

L'absence d'Alan Grant et Ellie Sattler dans les films les plus récents avait quelque chose de confortant pour les sceptiques du travail de Trevorrow. Elle sonnait comme un désaveu de Jurassic World : si nos héros de la première trilogie n'y mettaientt pas les pieds ça voulait bien dire que ce n'était qu'un truc au rabais. Ce n'était qu'un biais de l'esprit bien sûr, comme évoqué précédemment cette absence ne résultait que d'un souhait du réalisateur-producteur, mais elle offrait un point de fixation : Grant et Sattler restaient Grant et Sattler.

Car force est de reconnaitre que les quelques personnages ayant pris la passerelle conduisant de Jurassic Park vers Jurassic World n'en sont pas ressortis indemnes.

Henry Wu tout d'abord, la caution "continuité" mise en avant dans le premier Jurassic World. De généticien pragmatique il y a 25 ans, il est devenu savant fou créateur de chimères dans des laboratoires que ne renieraient pas un méchant de James Bond, cachés derrière des portes secrètes ou dans les sous-sols d'un manoir gothique. Les dérives de la science réelle devenus délires de science-fantasy.

Ian Malcolm, homme de chaos, de réparties spontanées et de joutes verbales, est réduit à réciter un laius qui n'a pas bougé d'un iota et balance des punchlines datées de 25 ans devant un public amorphe (dans le film) et conquis d'avance (de l'autre côté de l'écran). Il n'y a aucune raison pour que "Life finds a way" soit devenu un mantra dans la diégèse, si le Malcolm de Fallen Kingdom reprend cette phrase c'est parce qu'il y apparait tel que le public veut s'en rappeler.

John Hammond enfin, dont la confession auprès d'Ellie Sattler lors d'une scène poignante de Jurassic Park s'est avérée n'être qu'un mensonge par omission, à la lumière du background rétro-actif dévoilé dans Fallen Kingdom. Et parce que le diable est dans les détails, jamais le rêveur idéaliste qu'il était dans Jurassic Park ne se serait prêté à l'extravagance mégalo de poser pour un monumental portrait peint à la main.

Force est de le constater, Trevorrow n'est pas doué quand il s'agit d'offrir aux personnages de la première trilogie un développement cohérent avec ce qu'ils ont été. Jouer cette carte avec les plus appréciés d'entre eux pour tenter de se rabibocher avec les fans s'avère donc risqué. Le reste de ce dossier, déjà bien trop long sans avoir vraiment commencé, s'emploiera à deviner les orientations que prendront les personnages d'Alan Grant et Ellie Sattler dans Jurassic World 3. 

Grant et les enfants

L'arc le plus évident concernant Alan Grant est son rapport aux enfants, développé dans Jurassic Park. De vieux grincheux qui ne les supporte pas, il s'est trouvé obligé de prendre ses responsabilités d'adulte pour en escorter deux sur une île infestée de dinosaures et les ramener sains et saufs. Le genre d'expérience qui vous change un homme : un des derniers plans du film souligne le chemin parcouru. Jurassic Park /// valide cette évolution sans en faire des caisses, on y voit brièvement Alan s'occuper du fils d'Ellie Sattler, et si ses manières sont maladroites l'intention est bien là.

Il est peu probable que Jurassic World 3 décide de faire machine arrière sur ce point. Parcimonie et subtilité n'étant pas la devise qui orne le blason des Trevorrow, on peut sans prendre trop de risques avancer que le prochain film appuiera une nouvelle fois cette thématique en montrant un Grant ostensiblement amical avec un enfant, alors que ça fait environ 20 ans que ce n'est plus le sujet. 

Billy avait raison

Car l'enjeu du Jurassic Park /// de Joe Johnston en ce qui concerne le personnage était tout autre : Grant y accepte progressivement de considérer les créatures d'Isla Sorna comme de vrais dinosaures, d'y voir les mêmes animaux que ceux qu'il a étudié toute sa vie. Cette progression personnelle fait suite à celle plus globale tissée au fil des deux premiers films : les créatures de parc d'attraction se sont libérées de leurs tares génétiques en même temps que de leurs cages pour devenir de vrais dinosaures, puis elles ont gagné le droit de vivre aux côté de l'humanité. Il ne manquait que l'aval de l'expert pour conclure cet arc. Pour parachever le tout, cette prise de conscience se fait en allant au contact des dinosaures sur l'île, plutôt qu'en les étudiant au labo (souligné par l'opposition "astronome/astronaute" dans la théorie énoncée par Grant lui-même), illustrant au passage l'empirisme cher à Crichton.

Cet aboutissement de la progression personnelle de Grant se heurte à une incompatibilité avec Jurassic World. Le reboot initié par Trevorrow nous répète régulièrement (Wu dans Jurassic World, Mills dans Fallen Kingdom) que depuis Jurassic Park ça n'a jamais été de vrais dinosaures. Ce discours étant construit pour légitimer l'introduction des hybrides, on imagine mal Alan Grant venir le contredire. Il est même probable qu'on lui fasse reprendre sa posture du début de Jurassic Park 3 "les véritables dinosaures se trouvent dans la roche" en occultant la progression qui a suivi. 

Qui mieux qu'un paléontologue peut kiffer sa race dans un monde envahi par les dinos

Dans l'univers construit par Colin Trevorrow, l'existence des dinosaures est de notoriété publique depuis 15 ans. On y croise des étudiants formés à devenir "paléo-vétérinaires" mais on a jusque-là éludé la question des paléontologues. Que deviennent ces anciens spécialistes dans un monde où la génétique a fait un tel bond en avant que désormais, exit les moustiques ambrés, le moindre  fossile peut être utilisé pour recréer un specimen vivant.

Dans ces conditions il est probablement devenu très difficile pour des scientifiques de se procurer du matériel fossile, accaparé par le business du clonage d'espèces disparues. Sont-ils devenus de simples fouilleurs réduits à vendre le fruit de leur excavations. Et à quoi bon étudier des squelettes incomplets quand l'animal vivant est à disposition ? Si Trevorrow n'a pas compris JP3, Grant pourrait être une sorte de résistant, continuant d'extraire des fossiles pour les étudier "à l'ancienne". Une telle situation exploiterait à fond son côté ronchon. Ce faisant pourrait-il découvrir "dans la roche" quelque chose qui ne peut pas être vu sur des specimens vivants et qui changerait la donne ? Dans l'absolu l'idée est un peu saugrenue, autant que des dinos hybrides et un raptor apprivoisé.

Mais le film pourrait aussi, contre toute attente, prendre le parti inverse et mettre en scène des paléontologues qui ont su négocier le virage de la réapparition des dinosaures. Devenus consultants, vétérinaires ou tout simplement biologistes spécialisés  ... ils vivraient le rêve de leur vie en les observant au quotidien. Même si on n'est pas vraiment fans de l'envahissement de la Terre par les dinosaures, mettre Grant dans cette situation serait dans la continuité de son évolution observée au fil de la première trilogie. C'est d'ailleurs le parti pris du récent Return to Jurassic Park, extension du jeu vidéo Jurassic World Evolution, on y découvre un Alan Grant content de revoir des dinosaures sur Isla Nublar.

Sexisme en cas de danger mortel

A moins que cette situation soit réservée à Ellie Sattler. Pas vraiment développée en terme d'enjeux personnels dans les deux films où elle apparait, elle parvient néanmoins à faire ressentir un personnage féminin fort sans jamais avoir à tenir un flingue ou un volant, ni courir en talons.

Sa brève apparition dans Jurassic Park 3 suffit à montrer qu'elle mène de front sa carrière professionnelle et sa vie de famille tout en continuant à voir des vieux potes. Elle semble avoir encaissé l'expérience du premier film beaucoup mieux que Grant. Si Trevorrow est resté bloqué sur l'idée d'un Alan grincheux ce pourrait être Ellie qui s'accomoderait avec joie de la présence des dinosaures.

On lui souhaite également d'avoir conservé son franc parler, sa ténacité et sa capacité à prendre des décisions. Trois traits de caractères qui entrent en collision avec les caractéristiques habituelles des personnages féminins adultes chez Trevorrow. Là encore, Return to Jurassic Park pourrait nous donner une piste : tout au long de la campagne Ellie subit la drague lourde de Ian Malcolm.

The Man in Black

Malcolm justement, qui n'avait pas l'air très content de la tournure que prenaient les choses dans Fallen Kingdom. Lui préférerait que les dinosaures disparaissent de nouveau, soucieux d'effacer le "viol de la nature" commis il y a 26 ans.

Il sera donc de toute évidence un antagoniste de Claire Dearing. Celle-ci devrait conserver Owen à ses côtés pour tenter de préserver l'existence de nos reptiles préhistoriques préférés, et si les précédentes propositions se concrétisent Sattler et Grant seraient plutôt d'accord avec eux, formant une sorte d'union sacrée pour la préservation des dinosaures. Face au chaoticien qui chercherait à les éliminer.

Alors si Henry Wu est devenu un méchant de James Bond, Ian Malcolm pourrait-il être le "méchant" de Jurassic World 3 ?

Ce contenu vous a intéressé? Partagez-le :


Votre avis sur cette page


Posté par Sprink gabriel le tigre - 18 Janvier 2020

BRAVO !