Isla Nublar

Dans l'imaginaire collectif, forgé par plusieurs millénaires d'histoires et de légendes, les îles peuvent être divisées en deux catégories: le paradis mythique inaccessible, et l'endroit caché, reculé, où se trame quelque chose de mystérieux. Au commencement de la saga Jurassic Park, Isla Nublar est de celles-ci.

L'Ile des Brumes porte à elle seule l'aura de mystère, d'inconnu et de menace, sous-jacents dans premier film et palpables en permanence dans le livre. La configuration de l'île, son relief, sa végétation, son climat, tout y est propice à la rendre hostile et à susciter l'impression que tout n'est pas sous contrôle. Les deux déclinaisons de l'oeuvre ne nous permettaient d'accéder qu'à un nombre limité de lieux et l'esprit du lecteur/spectateur devait faire le reste. On imaginait alors des recoins inexplorés au plus profond de la jungle auxquels même les concepteurs du parc n'avaient jamais eu accès et qui offraient aux dinosaures autant d'opportunités d'évasion et de liberté.

 

Topographie diégétique

Michael Crichton décrit Isla Nublar comme ayant la forme d'une "goutte d'eau inversée", de treize kilomètres de long sur cinq au niveau le plus large. C'est une île isolée, située à 80 miles au large des côtes costa ricaines, dans le Pacifique. Contrairement à Isla Sorna (le site B du Monde Perdu), Nublar ne fait pas partie de l'archipel des Cinq Morts.

Lors de l'arrivée en hélicoptère dans le livre John Hammond explique que l'île est une montagne immergée, résultant d'un ancien phénomène de volcanisme désormais éteint mais dont elle conserve certaines caractéristiques: sol chaud et projections de vapeur. Le parc tire d'ailleurs son autonomie énergétique en exploitant la géothermie de l'île.

La première vision qu'Alan Grant a de Nublar est celle d'une île rocheuse, escarpée, couverte de forêt et enveloppée de brouillard, lui conférant un aspect mystérieux. Le point culminant se situe à plus de 600 mètres de haut, au Nord de l'île. Cette zone, où se fait l'arrivée en hélicoptère, abrite un microclimat et est couverte d'une forêt de pins qui évoque au paléontologue celle de la Péninsule Olympique de l'état de Washington.

L'île étant bordée de montagnes à l'Ouest et au Nord, les enclos du parc sont situés dans les collines moins accidentées au Sud Est, tandis que les bâtiments (centre des visiteurs, hôtel, restaurant ... ) sont sur les contreforts des montagnes à peu près au centre de l'île. A 'exception de la centrale géothermique que tous les mediums s'accordent à situer sur la pointe à l'extrême Sud.

Le plan officiel du parc étant très grossier, toutes les cartographies précises ont été établies par les fans en recoupant les éléments du livre, du film et quelques autres sources (notamment le jeu vidéo JP The Game), pour aboutir à un résultat qui permet de visualiser et donner une cohérence aux actions et déplacements des personnages du livre et du film sur un même référentiel.

Cette canonicité mutuelle est nuancée par Jurassic World dont les brochures introduisent quelques changements dans la topographie de l'île: apparition d'une baie au Sud Ouest, disparition de l'estuaire au Nord Est, transfert d'une partie des montagnes de l'Est vers l'Ouest, ajout d'un énorme volcan au Nord au pied duquel semble situé l'ancien parc.

 

 

Chronologie

Sur le plan historique, Jurassic Park The Game rapporte que l'île était habitée par une tribu BriBri, peuple amérindien autochtone de la cordillière Talamanca (qui s'étend au sud du Costa Rica et au Panama).  La tribu, nommée Tun-Si, vénérait comme une divinité la montagne qui constitue le point culminant de l'île situé au Nord, le mont Sibo. Les Tun-Si furent délocalisés de l'île lorsque InGen en obtint la concession. Ces éléments n'entrant pas en contradiction avec les films et les livres ils sont globalement considérés comme valides, même si le jeu n'est pas officiellement canonique. Le volcan visible au Nord de l'île sur les plans de Jurassic World pourrait même être le mont Sibo évoqué ci-dessus.

On oubliera en revanche les propriétés mystiques attribuées à l'île par certaines séries de comics : une flamme verte aux vertus mystérieuses émanant du coeur de l'île dans Return To Jurassic Park, un T. rex jugeant l'âme des occupants de l'île dans Dangerous Games.

Le statut d'Isla Nublar après Jurassic Park dans la continuité cinématographique a toujours été sujet à débat. Passée au napalm à la fin du livre, Spielberg l'avait ménagée dans le film pour laisser de la place à une suite potentielle, avant de suivre finalement l'idée de Michael Crichton sur une seconde île. Dès lors la présence de dinosaures et des ruines du parc sur Nublar ne tenait qu'à l'interprétation de quelques détails éparpillés dans les films suivants. 

Mettons tout de suite de côté la solution lysine qui, si elle a pu être contournée sur Isla Sorna, peut l'être également sur Isla Nublar par la présence d'une quelconque source de l'acide aminé en question. Une scène coupée du Monde Perdu mentionne le nettoyage et l'évacuation des gravats sur Nublar, mais c'est une scène coupée et la question de sa canonicité n'a jamais été résolue. Dans Jurassic Park 3, une ligne de dialogue d'un personnage tertiaire peut également être interprétée dans le sens d'un nettoyage de la première île : "Une fois que l'ONU, le Costa Rica et tout le monde auront décidé de comment prendre en charge la seconde île, les scientifiques auront juste à y aller et observer [les dinosaures]" [traduction effectuée à partir de la VO] Une déclaration qui laisse supposer qu'une des deux îles est sous-contrôle et ne contient pas de dinosaures que les scientifiques puissent étudier. Il s'agirait alors de Nublar puisqu'il est de notoriété publique dans le film que Sorna est peuplée de créatures préhistoriques, qui font notamment l'objet d'activités touristiques illégales.

Mais là encore, Jurassic World instaure une continuité rétroactive puisque le site viral MasraniGlobal.com indique qu'une expédition a été menée en 1994 pour faire l'inventaire des espèces vivantes sur Nublar, et par ailleurs il est officiel que le tyrannosaure du film est le même individu que celui vu dans Jurassic Park 22 ans plus tôt. Deux points, sans doute étayés par d'autres détails du film de Colin Trevorrow, qui semblent désormais poser le non-nettoyage de l'île comme vérité canonique.

 

Inspirations

Comme mentionné en introduction, Isla Nublar descend d'une longue lignées d'îles mystérieuses, quelque part entre Skull Island et l'Ile du Dr Moreau. Certains voient d'ailleurs dans le costume d'Hammond (dans le film),  une reprise de celui du Docteur Moreau dans le film de 1977. Une analogie qui est renforcée par Jurassic World et sa thématique d'hybridation inter-espèces.

En terme d'occupation de l'île, les inspirations des décorateurs à l'origine des bâtiments de Jurassic Park ont déjà été détaillées dans notre page Making-Of. Le principal parti pris était de concevoir des formes brutes, non sophistiquées, pour interférer le moins possible avec l'immersion du visiteur au milieu des dinosaures dans leur environnement naturel. Vingt ans plus tard, Jurassic World choisit de faire de son parc un resort plutôt qu'une réserve naturelle. Il s'inspire dans sa configuration de différents parcs d'attraction réels, en particulier le lac central des parcs Universal d'Orlando, ou la Main Street qui canalise le public vers le bâtiment emblématique du parc, comme chez Disney.  

 

Le bâtiment principal de Jurassic World, l'Innovation Center, prend quant à lui la forme d'un volcan, symbole de temps antédiluviens, et qui lui permet de s'intégrer dans le paysage. Il pourrait là encore être rattaché au Mont Sibo, point culminant de l'île évoqué plus haut.

 

De par son nom et sa situation géographique, Isla Nublar est inspirée de Isla del Coco (ou Cocos Island), une île réelle située plus au large du Costa Rica Continental que ne le serait l'île du film. Classée patrimoine mondial de l'Unesco, Isla Del Coco n'est occupée que par une équipe de rangers chargée de la surveillance et de la protection de la faune. Cocos Island fournit à Isla Nublar ses principales caractéristiques: une île d'origine tectonique et volcanique caractérisées par de hautes montagnes et des vallées étroites, recouvertes d'une forêt luxuriante et parcourue par plusieurs rivières. Elle est la seule île de l'Est du Pacifique à abriter une forêt dite "de nuage", constamment baignée dans des nappes de ... brume. Enfin que serait le modèle de Nublar s'il ne possédait pas également sa propre cascade vertigineuse?

Il est à noter qu'en plus de servir très largement d'inspiration pour Nublar, Isla del Coco prête sa carte et sa topographie à Isla Sorna dans le jeu Trespasser.

 

 

Lieux de tournage

Lorsque Spielberg porta Jurassic Park à l'écran, tourner au Costa Rica ne fut que très brièvement envisagé avant d'être rejeté pour cause de saison des pluies. Porto Rico fut également mis de côté au profit de Hawaii. De l'aveu même de Spielberg ce choix fut guidé par son propre besoin de confort  "Je crois que c'était l'âge. J'aurais eu 26 ans au lieu de 45, je serais peut-être allé tourner dans le Yucatan, aux Philippines ou au Costa Rica - dans un endroit vraiment rude. Mais l'idée de descendre dans un chouette hôtel hawaiien avec room-service et une piscine pour les week-ends était très attirante." L'ouragan Iniki qui dévasta l'île et l'hôtel de la production lors de l'avant dernier jour de tournage faillit lui donner tort. Hawaii était également un meilleur parti en terme d'infrastructures et d'accessibilité.

22 ans plus tard pour Jurassic World, premier film à retourner sur Nublar après l'original, Colin Trevorrow a lui aussi choisi de tourner à Hawaii.

D'une manière générale, les vraies raisons pour ne pas tourner au Costa Rica sont de celles qu'on ne mentionne pas dans les making-of : business et politique. L'authenticité d'une vraie forêt "de buage" ne fait pas le poids face à l'absence d'incitation fiscale de la part du gouvernement costa-ricain, et la présence du Costa Rica sur la liste des pays les plus permissifs en matière de piratage de films n'arrange rien. On ne risque donc pas de découvrir les brûmes du Monteverde dans un prochain opus de la saga. (source)

Sur l'archipel de Hawaii, les prises de vues du premier film furent réparties sur deux îles : Kauai et Oahu dans des lieux aux noms aussi exotiques que Na'Pali Coast (l'arrivée en hélicoptère), Manawaiopuna (la grande cascade) ou Ka'a'awa (la course des gallimimus)

 

 

 

Le tournage de Jurassic World à Hawaii s'est quant à lui déroulé exclusivement sur l'île de Kauai.

 

Conclusion

Isla Nublar, lieu mythique et fondateur de la saga Jurassic Park tient une place particulière dans le coeur des fans. Disparue des écrans depuis le premier épisode, laissée pour compte sans indication claire sur son sort, l'île faisait l'objet de tous les fantasmes, et son retour était fortement désiré pour enfin visualiser le contrecoup de l'événement originel de la légende Jurassic Park.

Un souhait à demi exaucé par Colin Trevorrow avec Jurassic World, qui s'approprie les lieux pour y poser en pleine lumière les fondations d'une nouvelle histoire, plutôt que de montrer ce qui est tapi dans la pénombre des décombres de l'événement fondateur. De l'île mystérieuse où InGen créait ses dinosaures en secret, à celle paradisiaque où ils évoluent en pleine lumière il n'y a qu'un pas, que Nublar a finalement franchit au terme de 22 ans d'incertitudes.

  

Ce contenu vous a intéressé? Partagez-le :


Votre avis sur cette page